Nous voulons aider nos clients à mieux se protéger contre les potentielles menaces sur Internet. En vous familiarisant avec les menaces actuelles et les tendances passées, vous renforcez vos chances de lutter efficacement contre les nouvelles tactiques.

Les dernières menaces sur la sécurité bancaire sont les suivantes:

Phishing

Le « phishing » est une fraude par laquelle des hackers obtiennent vos informations personnelles au moyen d’e-mails prétendument envoyés par des établissements financiers. Cette méthode reste l’une des plus utilisées par les cybercriminels.

Des e-mails provenant soi-disant de banques ou d’autres établissements légitimes font l’objet d’envois groupés. Le message contient un lien vers un site Internet apparemment authentique où il sera demandé au destinataire de fournir des informations confidentielles comme son nom d’utilisateur, son mot de passe, son identifiant ou son NIP, qui seront utilisées ultérieurement à des fins frauduleuses.

Vous trouverez ci-dessous un exemple d’e-mail frauduleux:

hoax email image

Si vous recevez un e-mail vous demandant de vous réinscrire ou de fournir à nouveau des informations confidentielles, supprimez-le immédiatement et informez le Centre d’assistance de la banque en ligne ANZ de votre pays.

Vous pouvez réduire le risque d’être victime du «phishing» en:

Spyware et adware

Un spyware est un type de logiciel qui collecte secrètement des informations sur l’utilisateur pendant qu’il navigue sur Internet.

Un adware est un type de spyware utilisé par les sociétés de marketing pour identifier les habitudes et les goûts des internautes dans le but de leur envoyer des publicités ciblées. Un adware peut obtenir des informations sur le type de sites consultés, d’articles lus ou de pop-ups ou bannières sur lesquels l’utilisateur clique. Ces informations sont ensuite utilisées pour personnaliser les publicités adressées à cet utilisateur ou vendues à des tiers dans ce but.

Certains produits vous permettent de détecter, de surveiller et de supprimer les spywares de votre ordinateur. De nombreux logiciels de sécurité informatique sont désormais équipés d’une fonction de détection et de suppression des spywares.

Vous pouvez réduire le risque de téléchargement involontaire d’un spyware en:

Virus et vers

Un virus informatique est un logiciel qui s’implante dans un autre programme. Comme un virus biologique, il doit se rattacher à un autre programme actif pour survivre et se reproduire. Contrairement aux chevaux de Troie, qui sont des programmes autonomes, les virus ne fonctionnent que si le programme infecté est utilisé. Lorsqu’il est actif, le virus tente de se reproduire et de s’implanter dans d’autres programmes. Ce processus peut monopoliser des ressources comme l’espace et la mémoire disponibles, affectant l’efficacité de l’ordinateur.

Les virus envoyés par e-mail sont le dernier type de virus informatique. Ils sont transmis par le biais de messages e-mail et se reproduisent généralement en étant automatiquement diffusés à tous les contacts du carnet d’adresse de la victime.

Un ver est comparable à un virus. Il exploite les ordinateurs faisant partie de réseaux comportant des défauts de sécurité. Une fois qu’un défaut est identifié, le ver tente de se reproduire d’ordinateur en ordinateur. Les vers peuvent être aussi destructeurs que les virus.

Vous pouvez réduire le risque d’infection de votre ordinateur par des virus ou des vers en:

Chevaux de Troie

Un cheval de Troie est un programme destructeur qui se dissimule dans une application inoffensive. Contrairement aux virus, les chevaux de Troie ne se reproduisent pas et n’ont pas besoin d’être implanté dans un programme hôte.

Aujourd’hui, de nombreux utilisateurs laissent des chevaux de Troie accéder à leurs ordinateurs en croyant qu’il s’agit de programmes inoffensifs ou même bénéfiques. Certains chevaux de Troie prétendent pouvoir éliminer les virus et autres applications dangereuses de votre ordinateur alors qu’ils en introduisent et le rendent vulnérable aux attaques par les hackers.

Vous pouvez réduire le risque de télécharger involontairement un cheval de Troie en: